Mes premiers pas dans l’écriture

Je ne me suis posé aucune question en écrivant Une maitresse encombrante. Echaudé par mes deux précédentes tentatives, plus ou moins autobiographiques, je souhaitais écrire juste un petit thriller psychologique, en me détachant le plus possible de mon quotidien et de mon univers.

Comme toute aventure, cela généra une série de rencontres plutôt sympathiques. La preuve, les deux principaux contributeurs qui m’ont le plus aidé sont devenus de vrais amis.

De belles rencontres

Il y a d’abord Claudia, que j’ai rencontrée sur les réseaux sociaux et qui s’est montrée d’une aide précieuse dans la création du personnage principal. Elle m’a fourni les éléments essentiels, cette ambiguïté sulfureuse qui manquait. Ses souvenirs d’enfance m’ont permis de donner du corps à la personnalité troublée de Dominique. Au fil de nos échanges, nous nous sommes découverts des passions musicales communes qui bientôt prirent le pas sur les descriptions vestimentaires et les émotions de mon personnage principal. Claudia m’avait apporté des anecdotes précieuses, et je la remercie pour son aide qui m’a permis de donner un peu de crédibilité à mon héroïne.

La seconde personne tout aussi importante, voir même plus, c’est Théonie, une amie qui s’est avérée une remarquable relectrice. Elle a fait un travail énorme et continue d’ailleurs à m’accompagner sur mon prochain roman. Son rôle va bien au-delà d’une simple relecture. Je me sens très redevable de tout le travail qu’elle fournit. Et je suis très heureux de la confiance qui a pu s’établir entre nous au fil de nos échanges. J’apprécie son regard parfois critique, ses remarques toujours pertinentes et son sens rigoureux du détail. Aujourd’hui, elle est devenue indispensable dans mon travail d’écriture.

Il fallait bien un premier roman. Et  Une maitresse encombrante remplit ce rôle parfaitement. Il a les défauts de sa jeunesse. Heureusement, il n’a aucune prétention et c’est ce qui peut le rendre facile à lire. Ni théorie ni message caché. C’est un livre suffisamment ambigu et libre pour ne pas m’en rendre prisonnier.

Les retours que j’en ai eu des personnes qui ont bien voulu le lire et me répondre, sont plutôt encourageants. Leurs remarques m’ont permis de persévérer et de pas douter. Je me suis ainsi souvenu de ma jeunesse quand je sortais plein d’espoirs de l’Ecole des Beaux Arts et que je me suis lancé  à corps perdu dans la peinture,  peignant nuit et jour de grandes toiles, habité d’une énergie que j’aurais bien aimé conserver tout au long de ces années. J’ai retrouvé dans le besoin d’écrire la même urgence et la même inquiétude face aux regards des autres, auxquels il faut forcement se confronter, c’est le but et l’objectif.

Dire que je me sens aussi fébrile qu’à l’époque où j’avais vingt ans serait exagéré, mais les doutes et les questions sont les mêmes. Heureusement, ces trente années passées en agences de communication m’ont servi, je suis mieux armé pour affronter les critiques constructives et suis capable de me remettre en question quand c’est justifié.

 » Ce n’est pas la force, mais la persévérance, qui fait les grandes oeuvres . »

Samuel Johnson

Loin de moi la prétention d’avoir écrit une grande oeuvre, mais la notion de persévérance me semble très juste.

C’est ainsi que sur les conseils de Théonie, j’ai pu revoir en profondeur la première version du manuscrit Une maitresse encombrante. C’est grâce à elle, et avec un certain entrain je me suis replongé dans les aventures dramatiques de Dom et Dominique, coupant, rajoutant, complétant et réorganisant  ce qui pouvait paraitre maladroit ou confus.

Le résultat n’est pas parfait, rien n’est jamais parfait surtout en création.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *